Skip to main content

Vous vous réveillez chaque matin avec des tensions à la nuque et aux épaules ? Vous avez l’impression d’avoir tourné toute la nuit dans votre lit à rechercher désespérément une position confortable ? Et si le coupable était votre oreiller…

Un mauvais oreiller crée un inconfort et force le corps à s’ajuster continuellement durant la nuit. Des raideurs musculaires, des douleurs cervicales, un sommeil moins profond ou une impression d’être plus fatigué au réveil qu’au moment de se coucher, sont parfois des indices qu’il est temps de changer son oreiller. (1)
Cependant, il est difficile de se décider à l’achat d’un oreiller face à l’embarras du choix. Quel type d’oreiller choisir ? Épais ou mince ? Carré ou rectangulaire ? En latex ou en duvet ? Quelles différences ?

Selon sa position de sommeil

Dormeur sur le côté, le ventre ou bien le dos, le choix d’un oreiller dépend largement de la position habituelle dans laquelle nous préférons dormir. (2) Le respect des courbures et le bon alignement du cou avec le reste de la colonne cervicale sont à prioriser.

Vous dormez sur le dos ?

Sur le dos, l’oreiller doit remplir l’espace situé entre la tête et le matelas, qui dépend de la morphologie de chacun. Il est en règle générale assez mince, aux environs de 3 centimètres ou 1,2 pouces (la tête se situe un peu en avant). Par conséquent, et en prenant en compte la déformabilité de l’oreiller selon sa fermeté, son épaisseur ne devrait excéder les 5 centimètres ou 2 pouces.

Vous dormez sur le côté ?

Pour ceux qui dorment sur le côté, une tête non soutenue va immanquablement pencher. L’alignement de la colonne vertébrale n’est donc plus respecté et des tensions cervicales vont apparaître.
Pour y remédier, l’oreiller choisi aura pour mission de combler l’espace du cou aux épaules. Son épaisseur correspondra donc à la distance séparant l’oreille du matelas. L’épaule devrait être positionnée à la bordure de l’oreiller et non dessus. Un cou incliné sera le signe que l’épaisseur et/ou la fermeté de l’oreiller n’est pas adéquate.

Vous dormez sur le ventre ?

La position allongée sur le ventre est à proscrire mais pour ceux et celles qui n’arrivent pas à changer leur “mauvaise” habitude, il faudra à tout prix éviter un oreiller trop épais qui va ajouter de l’extension à la rotation cervicale pré-existante. L’idéal serait de s’en passer… si possible.

Quelle forme choisir ?

Quant à sa forme, nous suggérons d’opter pour une coupe rectangulaire. Il prend moins de place que l’oreiller carré, mais est plus large. Ainsi, en cas de nuit agitée, la tête sera toujours positionnée sur l’oreiller. De plus, les oreillers carrés prennent trop de place dans le lit et nous aurons tendance à les replier, avec un effet désastreux pour nos cervicales ! (3)

Un bon oreiller favorisera un sommeil profond et moins turbulent. Malgré tout, rares sont les personnes qui demeurent statiques toute la nuit. Certains modèles d’oreillers sont donc configurés pour répondre aux besoins des dormeurs polyvalents.

Selon sa morphologie

Chaque morphologie a ses particularités : la longueur du cou, la largeur des épaules et le poids de la tête sont des aspects dont il faut tenir compte au moment de choisir un oreiller. Par exemple, pour une personne grande et corpulente, il doit être épais et ferme pour supporter la pression du corps, surtout si elle dort sur le côté.
De nombreux magasins n’acceptent aucun retour après achat, alors n’hésitez pas à l’essayer sur place avant de passer à la caisse.

Selon le confort recherché

Faut-il pour autant privilégier le support au détriment du confort ? Il existe de nombreuses matières qui allient ces deux qualités, mais il faudra souvent y mettre le prix.

La laine est une fibre très respirante et s’adapte à la température du dormeur, évitant un excès de transpiration. En fonction du soutien désiré sous le cou, elle est modelable pour trouver le confort idéal.

Les oreillers à mousse à mémoire de forme, dits ergonomiques, épousent la nuque du dormeur en optimisant les points de pression et la maintiennent pour éviter toutes douleurs au cou. Cependant, la matière synthétique fait transpirer. De même, un modèle d’oreiller orthopédique convient moins aux personnes agitées pendant la nuit.

Plume ou duvet ?

Mieux vaut opter pour les oreillers en duvet, de meilleure qualité que les oreillers en plume car ils sont 100 % sans plumettes, cette partie centrale de la plume toujours un peu dure. Ils offrent donc un maximum de confort. Du très souple au très ferme, il existe plusieurs densités en fonction des besoins de chacun. Leur principal inconvénient : ce sont des nids à acariens ! (4) (5)

Entretien

Bien utiliser son oreiller, cela veut également dire l’entretenir correctement.
Une housse diminue l’exposition aux acariens et la poussière, diminuant le risque d’allergies. Couvrir son oreiller d’une housse est également une façon de prolonger la durée de son achat, en le protégeant de la sueur et des moisissures. Facile à entretenir, elle peut être lavée toutes les deux semaines, contrairement aux oreillers qui ne tolèrent que très peu les lavages.
Malgré tout, il est vivement conseillé de changer son oreiller tous les 2 ou 3 ans.

Acheter un oreiller n’est pas un choix à faire à la légère. La position de la tête peut avoir une influence sur le ronflement, l’apnée du sommeil et le reflux gastro-oesophagien, sans oublier que l’oreiller peut favoriser ou exacerber des allergies aux acariens et à la poussière.

De meilleurs oreillers ne règlent pas tout et votre ostéopathe peut vous aider à faire disparaître les différentes tensions qui hantent vos nuits.

En espérant que vous dormiez désormais sur vos deux oreille(r)s…

(1) https://www.lapresse.ca/vivre/sante/201602/01/01-4945981-oreillers-bien-choisir-pour-mieux-dormir.php
(2) http://www.urgence-osteopathe-sos.fr/choisir-oreiller-bien-dormir/
(3) https://www.reflexosteo.com/actualites/oreiller-comment-bien-le-choisir-93
(4) https://www.topsante.com/medecine/troubles-du-sommeil/sommeil-difficile/insomnie-quel-oreiller-pour-bien-dormir-622512
(5) https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/petit-guide-pour-bien-choisir-son-oreiller-131015-98884

Note : Consultez toujours un professionnel et suivez les recommandations de votre médecin, ou professionnels de la santé qui vous accompagnent. Le soin d’ostéopathie ne remplace pas le suivi médical dont vous pouvez bénéficier.

Prenez RDV maintenant avec un ostéopathe

Agenda en ligne
Clinique SER

Clinique SER

Equipe d'ostéopathes membres de la Clinique d'Ostéopathie SER à Montréal.

Leave a Reply