Commotion cérébrale & ostéopathie

Cause

La commotion cérébrale, appelée aussi traumatisme crânio-cérébral léger, résulte d’un coup direct ou indirect sur la tête, suite à une charge ou une chute. Le mécanisme s’apparente à celui du coup du lapin lors d’un accident de voiture.

Symptômes

Le cerveau s’écrase contre la boîte crânienne, entraînant une apparition plus ou moins rapide (parfois 48 heures après le choc) de troubles fonctionnels : céphalées, étourdissements, nausées, troubles de la concentration, perte de connaissance…

Quel public est généralement touché ?

Les sports à risque sont :

  • les sports de combat : boxe, taekwondo, MMA (George Saint-Pierre en 2013)…
  • les sports avec collisions : football (Laurent Duvernay-Tardif en 2018), hockey sur glace (Richard Zednik en 2002), sport automobile…
  • les sports avec risque de chute : ski, cyclisme, skateboard, patinage de vitesse (Marianne St-Gelais en 2017)…

Diagnostic

Le diagnostic doit être réalisé par un médecin. Consultez sans attendre.

Il est clinique et révélé par la symptomatologie. Il faut toujours présumer d’une commotion cérébrale si un des manifestations décrites précédemment est présente. Le sportif est immédiatement retiré du terrain et ne devra surtout pas retourner en jeu. En cas d’aggravation des symptômes, il doit se rendre aux urgences afin de réaliser des examens complémentaires.
80% des commotions cérébrales ne sont malheureusement pas diagnostiquées selon les experts.

Traitement

Suivez le traitement établi avec votre médecin.

Il s’agira plus d’un plan d’accompagnement pour le retour progressif aux activités cognitives et physiques. En effet, il faut laisser le temps aux tissus cérébraux de cicatriser et éviter toute sur-stimulation ou nouveau choc.

Une personne ayant déjà subi une commotion cérébrale est 5 fois plus à risque d’en faire une nouvelle. Après 3 commotions cérébrales, les chances de développer une maladie neuro-dégénérative (Alzheimer, Parkinson) sont 10 fois plus importantes.

Ostéopathie

Le mécanisme de la commotion cérébrale en coup du lapin ou wiplash entraîne une multitude de tensions au niveau de l’impact mais aussi à distance, avec leurs répercussions : fatigue, maux de têtes, cervicalgies, oppression thoracique, douleurs lombaires… ce à quoi l’ostéopathe devra répondre par son approche holistique du corps humain.

Le nombre de séances dépendra souvent de la sévérité du coup initial.

Limites

Il faut toujours suspecter une atteinte de la colonne cervicale associée à la commotion cérébrale.

En cas de doute, les techniques sur cette partie anatomique devront être douces et il faudra consulter  à nouveau son médecin, seul décisionnaire des différentes approches qui peuvent alors être envisagées.

Conseils

Le port du casque ou de protections dentaires n’offre aucun garantie contre les commotions cérébrales.
Prudence ! Surtout chez les enfants dont le cerveau est encore en plein développement.

Selon les experts, 80% des commotions cérébrales ne sont pas diagnostiquées. Si vous en ressentez les symptômes, ne prenez pas de risques et parlez en à votre médecin.

Anthony LopezOstéopathe DO & Posturologue

Prenez RDV maintenant avec un ostéopathe spécialiste du sport

Agenda en ligne
Clinique SER

Clinique SER

Equipe d'ostéopathes membres de la Clinique d'Ostéopathie SER à Montréal.

Leave a Reply