Skip to main content

Comment reconnaître la sensation de jambes lourdes ?
Avez-vous l’impression de traîner des boulets en fin de journée ?
Que vos pieds ont doublé de volume ?
Vous ressentez même des fourmillements dans vos mollets ?
Il s’agit certainement de jambes lourdes.

Signe d’une mauvaise circulation du sang, les jambes lourdes peuvent devenir très handicapantes.
Les insuffisances veineuses affectent 50% de la population des pays industrialisés. Elles sont responsables de plus de 6 millions d’arrêt de travail par an en France et aux États-Unis. (1)

Jambes lourdes : les symptômes à connaître

On parle de jambes lourdes quand les membres inférieurs paraissent pesants, tendus et particulièrement sensibles à la fatigue. Ces sensations portent surtout sur les mollets.
Elles ont tendance à s’accentuer au fil de la journée, par temps chaud et dans les jours qui précèdent la survenue des règles chez les femmes.
À l’inverse, la gêne diminue pendant la marche, en position allongée ou lorsqu’il fait froid.

Cette lourdeur peut s’accompagner de crampes ou de fourmillements dans les jambes.

Dans certains cas, les symptômes suivants sont constatés :
œdèmes : ils surviennent en fin de journée et sont accentués par la chaleur. Ils se développent au niveau de la cheville et au-dessus du pied. Ils disparaissent le plus souvent après un temps ou une nuit de repos
impatiences : ces sensations d’engourdissement donnent une envie pressante de bouger les jambes pour faire disparaître ces désagréments.
télangiectasies : des réseaux de petits vaisseaux rouges dilatés se manifestent sur la peau des jambes. Fins, de forme étoilée, ils deviennent de plus en plus rouges à la pression. (2)

Au stade de l’atteinte organique apparaissent des varices qui peuvent se compliquer par l’apparition de phlébites. Si votre jambe est très douloureuse, œdématiée, rouge et chaude, il est recommandé de consulter votre médecin en urgence afin d’écarter tout risque de thrombose.

Qu’est-ce qui provoque les jambes lourdes ?

L’insuffisance veineuse est souvent due à une mauvaise circulation sanguine.
Les différents tissus présents au niveau des jambes (les os, les muscles et la peau) ont besoin d’être nourris par un réseau vasculaire.
Les artères apportent le sang riche en oxygène tandis que les veines ramènent les déchets vers le cœur. Ce retour est parfois difficile, notamment quand il doit combattre la gravité. C’est le cas des veines présentes dans les jambes.

Pourquoi ?

Contrairement aux artères, la paroi des veines est dépourvue de fibres musculaires. Elles ont donc besoin d’aide pour contrer la gravité et faire remonter le sang jusqu’au ventricule gauche du coeur.
La pression de la plante des pieds et la contraction des muscles des jambes permettent de chasser le sang vers le haut, comme une pompe. Des valvules empêchent le sang remontant de revenir en arrière. Les aspirations cardiaque et diaphragmatique, quant à elles, attirent le sang veineux en direction du cœur par un jeu de variation de pression.
Si un de ces systèmes est défaillant, le sang stagne par endroits et les veines se dilatent, d’où la sensation de jambes gonflées et de lourdeur. (3)

Les facteurs de risque

De nombreux facteurs de risque ont été répertoriés concernant les troubles de retour veineux (4) :

  • l’âge : les parois des veines s’altèrent avec le vieillissement
  • l’hérédité : un enfant dont les 2 parents souffrent de varices a 90% de risques d’en développer à son tour
  • le sexe : les femmes sembleraient être plus touchées que les hommes
  • le surpoids : le tissu graisseux peut perturber le retour veineux en comprimant les veines
  • des facteurs hormonaux : la grossesse provoque des troubles veineux dans 40% des cas et la ménopause serait un déclencheur de varices pour 38,2% des femmes ; l’excès d’oestrogène et de progestérone augmente la vasodilatation veineuse et diminue l’élasticité de leur paroi
  • la sédentarité : un retour veineux efficace nécessite un minimum d’activité musculaire
  • les conditions de travail : la position debout ou assise prolongée favorisent l’apparition de troubles veineux
  • la température : les fortes chaleurs entraînent la dilatation des veines

Quelles prises en charge pour les jambes lourdes ?

Les traitements de l’insuffisance veineuse reposent dans un premier temps sur les règles d’hygiène de vie afin de réduire les facteurs de risque (5) :
pratiquer une activité physique dynamique (marche, course à pied, cyclisme, natation…) plutôt qu’un sport statique qui augmente la pression intra-abdominale (haltérophilie)
éviter les positions debout ou assise prolongées
surélever les jambes dans la journée et la nuit une vingtaine de minutes
préférer des douches froides et éviter l’exposition solaire
ne pas porter de talons hauts et de vêtements trop serrés
arrêter la cigarette : fumer augmenterait le risque de complications veineuses

Le traitement actuel de référence est le port de bas, de contention ou de compression.

Le drainage lymphatique manuel permet de stimuler la circulation lymphatique et de désengorger le système veineux par des massages.

Les médicaments veino-actifs ou veinotoniques réduisent les oedèmes, les lourdeurs et les douleurs veineuses.

La chirurgie consiste à supprimer la veine pathologique.

Tous ces traitements rencontrent cependant des limites, notamment dans les cas d’insuffisance veineuse fonctionnelle. (6)

Jambes lourdes et ostéopathie

L’insuffisance veineuse fonctionnelle est caractérisée par un mauvais retour veineux de cause idiopathique, dont l’origine est inconnue. Aucune atteinte organique n’a été retrouvée.

L’ostéopathe, suite à un examen complet du corps humain, détermine quelle structure ne remplit pas son rôle dans le retour du sang veineux vers le cœur ou quelle est celle qui l’en empêche.

Par des techniques manuelles, il relâche les différentes restrictions de mobilité et libère les tensions trouvées, notamment au niveau des membres inférieurs, du bassin et du diaphragme. Il s’assure aussi que le système viscéral (digestif et uro-génital plus particulièrement) ne comprime pas de manière excessive la circulation veineuse. Si tel est le cas, il travaillera également à son relâchement.

En règle générale, les patients retrouvent une sensation de légèreté après une première séance.
Plusieurs séances sont néanmoins nécessaires pour retrouver une bonne circulation veineuse et soulager les symptômes.

(1) Wess-Lafuma – Standing at work and varicose veins – Scand J Work Environ Health – 2000
(2) A-A Ramelet, J. Hafner, M. Perrin – Phlébologie Vol.1 – Éditions Masson – 2006
(3) https://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/aux-jambes/jambes-lourdes/jambes-lourdes-un-symptome-a-ne-pas-prendre-a-la-legere_11940.html
A-A Ramelet, J. Hafner, M. Perrin – Phlébologie Vol.1 – Éditions Masson – 2006
(4) https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=jambes-lourds-qu-est-ce-que-c-est-comment-eviter-y-remedier-par-de-bonnes-habitudes-quotidiennes
(5) P. Pradelle – Le traitement hémodynamique des jambes lourdes, en ostéopathie, peut-il être accessible à tous et reproductible ? – IDO – 2015

Note : Consultez toujours un professionnel et suivez les recommandations de votre médecin, ou professionnels de la santé qui vous accompagnent. Le soin d’ostéopathie ne remplace pas le suivi médical dont vous pouvez bénéficier.

Prenez RDV maintenant avec un ostéopathe

Agenda en ligne
Clinique SER

Clinique SER

Equipe d'ostéopathes membres de la Clinique d'Ostéopathie SER à Montréal.

Leave a Reply